neo_conservatimse-de_gaulle-mitterrand.png En se prononçant pour la fin du néo-conservatisme, Emmanuel Macron a voulu envoyer signal fort sur sa position en matière de politique étrangère. Entre rupture avec ses proches prédécesseurs et revendication d’un héritage gaullo-mitterandien voire chiraquien. Michel Duclos, ancien Ambassadeur de France à Damas et auteur de la note Syrie : en finir avec une guerre sans fin, nous explique alors que le choix entre interventionnisme et non-intervention ne saurait être résolu par une simple décision binaire, mais au contraire qu'il nécessite une mise en perspective historique approfondie et une compréhension aiguë des enjeux géopolitiques actuels.