L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Santé

mardi 18 juillet 2017

Mieux vaut prévenir que guérir… Pourquoi faire de la prévention une priorité ?

prevention-sante-publique.png

Paquets de cigarettes à 10 euros, extension de la couverture vaccinale obligatoire : dans la continuité des annonces faites par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, Agnès Buzyn, nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, met la prévention au cœur de la politique de santé. Angèle Malâtre-Lansac, Directrice déléguée à la Santé à l'Institut Montaigne décrypte ce sujet.

Lire la suite...

mercredi 5 juillet 2017

Lutte contre les déserts médicaux : va-t-on enfin développer la télémédecine ?

desert-medicaux-telemedecine.png

Angèle Malâtre-Lansac, Directrice déléguée à la Santé à l'Institut Montaigne, analyse les raisons du faible déploiement de la télémédecine en France.

Alors que la technologie semble prête, que 42 % des Français se disent prêts à téléconsulter (sondage BVA-Le Parisien, juin 2017) et que la question des déserts médicaux est une priorité pour le gouvernement, la télémédecine peine à se déployer. La Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) va ouvrir une négociation sur le sujet en 2018 et propose dans son dernier rapport annuel de créer un fonds d’un milliards d’euros dédié à l'innovation "organisationnelle" qui pourrait financer la prise en charge de nouveaux modes de soins. Décryptage.

Lire la suite...

jeudi 18 mai 2017

Et si vous étiez ministre de la Santé !

serious-game-sante.png

L’Institut Montaigne lance en partenariat avec Jalma un nouveau serious game qui invite les internautes à prendre les rênes du budget alloué à la santé : où concentrer les efforts ? Quelles réformes faut-il mener pour équilibrer efficacement notre système de santé ? A cette occasion, Angèle Malâtre-Lansac, directrice déléguée à la santé de l’Institut Montaigne, fait le point sur les grands enjeux autour du budget de l’Assurance maladie ainsi que les grands choix du gouvernement en matière de santé.

Lire la suite...

mardi 11 avril 2017

[Anti-brouillard] Accès aux soins : des promesses coûteuses aux contours flous

presidentielle-cout-sante.png

Pour la première fois, la santé occupe une place importante dans la campagne présidentielle, et chaque candidat a présenté son ordonnance pour réformer notre système de santé. Au cœur des programmes : la question du remboursement des soins et du coût pour les patients. Les débats sur la santé se sont en effet beaucoup concentrés autour de cet enjeu : qui de la Sécurité sociale ou des mutuelles doit payer ? Comment permettre aux patients de ne plus débourser d’argent pour les soins les plus coûteux ? Comment lutter contre les dépassements d’honoraires et faire baisser la participation financière des patients ?

Lire la suite...

mardi 14 février 2017

Réforme du système de santé suédois : le "modèle de Stockholm" doit-il être envié?

suede-systeme-sante.png

Historiquement fortement étatisé et centralisé, le système de santé suédois s’est engagé dans un double mouvement de privatisation et de décentralisation dans le courant des années 1980. Le pays, alors en pleine récession, doit repenser l’intégralité de son système. Très coûteux (le système suédois était, dans les années 1980, parmi les plus coûteux des pays de l’OCDE et consacre, encore aujourd’hui, 11,9% de son PIB aux dépenses de santé), il n’en demeure pas moins reconnu pour l’excellente qualité de ses soins.

Lire la suite...

mercredi 25 janvier 2017

Décret de Trump contre l’Obamacare : symbole ou révolution ?

Obamacare-abrogation-Trump.png

Marqueur symbolique de sa rupture avec le Gouvernement précédent, Donald Trump  a signé, le jour de son investiture, un décret visant à limiter la réforme entreprise par son prédécesseur, l’Obamacare.

Cette réforme, mise en place dès 2010 et poursuivie jusqu’en 2016, a permis d’augmenter le nombre de personnes couvertes par une assurance maladie, de réguler un secteur privé de l’assurance devenu inaccessible pour la majorité des Américains et, enfin, de moderniser l’offre de soins. En cinq ans, ce sont près de 20 millions d’américains non-assurés qui auraient ainsi souscrit à une couverture. Les débats sont toutefois nombreux autour de ce programme, souvent accusé d’avoir fait monter les primes d’assurance et dont se sont retirées plusieurs grandes compagnies d’assurance privée.

Quel impact le décret signé par le nouveau Président des États-Unis aura-t-il réellement sur les avancées permises par la loi ? L’abrogation est-elle inéluctable ? Décryptage.

Lire la suite...

mardi 24 janvier 2017

Santé : et si on plaçait le patient au cœur du système ?

Patient-coeur-sante.png

J’assistais lundi 16 janvier au Forum sur l’avenir de la santé organisé par l’OCDE. Le patient et l’usager étaient au cœur de ces échanges entre professionnels de santé, représentants des patients, économistes, ministres de la Santé et décideurs publics comme privés.

Retour sur une journée de débats.

Lire la suite...

mercredi 14 décembre 2016

La santé, enjeu de la présidentielle 2017

sante-enjeu-presisentielle-2017.png

Tribune de Claude Le Pen, co-président du groupe de travail qui a produit notre rapport Réanimer le système de santé, parue dans Le Figaro, le 6 décembre 2016.

Lire la suite...

jeudi 3 novembre 2016

Réforme des systèmes de santé : l’Obamacare aux Etats-Unis

obamacare.png

La réforme du système de santé américain restera sans conteste l’un des éléments les plus marquants du mandat de Barack Obama. Menacé d’abrogation par Donald Trump durant sa campagne, le futur président des États-Unis est finalement revenu sur sa position, déclarant dans une interview au Wall Street Journal qu’il pourrait en conserver certains éléments.

Lire la suite...

mardi 11 octobre 2016

Réformer sans trahir ? Le National Health Service (NHS) au Royaume-Uni

sante-royaume-uni-reformes.png

Suite de notre saga dédiée aux systèmes de santé étrangers.

Symbole du Welfare state, le système de santé britannique, le National Health Service (NHS), garantit depuis 1948 un accès à une couverture maladie gratuite et universelle à l’ensemble de la population. Comme les pays scandinaves et d’Europe méditerranéenne, le NHS appartient au modèle dit "béveridgien" : les soins sont financés par l’impôt et non par les cotisations prélevées sur les salaires, comme c’est le cas en France ou en Allemagne. Sous tutelle directe du ministère de la Santé jusqu’en 2012, le système de santé britannique s’est longtemps distingué de ses voisins européens par la forte prédominance du secteur public, prédominance qui tend à s’étioler depuis quelques années. Massivement plébiscité par les britanniques, le NHS a dû faire face à une lourde crise dans les années 80. Trois grandes réformes, menées par les gouvernements Thatcher, Blair et Cameron ont tenté successivement de le faire sortir de l’impasse en désétatisant un système excessivement bureaucratique, considéré comme inefficace.

Les principes fondateurs d’universalité, de gratuité et d’accès à des soins complets ont-ils survécu aux différentes réformes qui ont jalonné l’histoire récente du NHS ? Retour sur 30 ans d’évolution d’un système que beaucoup qualifient encore de "religion nationale". 

Lire la suite...

vendredi 30 septembre 2016

Sécurité sociale : un répit trompeur ?

PLFSS-securite-sociale-budget.png Dans son dernier rapport, paru le 20 septembre 2016, la Cour des comptes appelle à la mesure : l’amélioration du déficit des régimes de base est jugée encourageante mais « fragile » par le Premier président, Didier Migaud. Mais, au moment où celui-ci incite à ne « pas relâcher les efforts de maîtrise de dépenses », le gouvernement annonce le relèvement de l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) : il passerait de 1,75 % à 2,1 % pour 2016.

Lire la suite...

mardi 13 septembre 2016

Réforme du système de santé : un "miracle" financier allemand ?

allemagne-sante-hopital-medecins.png

Les systèmes de santé français et allemand partagent de nombreuses similitudes : niveau de dépenses équivalent (11 % du PIB en France et 10,9 % en Allemagne en 2013, contre 8,9 % en moyenne dans l’OCDE), répartition analogue entre prestataires de soins, liberté de choix offerte aux patients, financement du risque maladie majoritairement assis sur les cotisations sociale, etc.

Lire la suite...

Lundi 27 juin 2016

Revitaliser le système de santé !

revitaliser_le_systeme_de_sante.png

Tribune de Claude Le Pen, Professeur d’économie de la santé et de Thomas London, Responsable des pôles d’activité santé et secteur public chez McKinsey&Company France, tous deux coauteurs du rapport de l’Institut Montaigne, Revitaliser le système de santé, Propositions pour 2017, parue le 16 juin 2016 dans Le Quotidien du Médecin.

Dès l’origine, la santé a été pour l’Institut Montaigne un sujet de réflexion et de nombreux rapports lui ont été consacrés soit intégralement (assurance-maladie, hôpital, santé mentale, etc.) soit partiellement (régionalisation, société numérique). L’imminence d’échéances électorales, qui vont être l’occasion d’aborder les grands choix de politiques publiques, nous incite à reprendre la plume car, à notre sens, la santé n’occupe pas dans le débat la place qu’elle mérite.

Lire la suite...

mercredi 15 juin 2016

[Nouveau rapport] Réanimer le système de santé. Propositions pour 2017.

reanimer_systeme_de_sante.png

Longtemps considéré comme le meilleur au monde, le système de santé français a perdu sa place de leader, attribuée en 2000 par l’OMS*. Soutenabilité financière, hétérogénéité de la qualité comme de l’accès aux soins, crise des professionnels de santé ou encore retard en matière d’innovation biomédicale sont autant de défis qu’il est désormais temps de relever. Véritable enjeu social, sociétal et économique, la santé doit être au cœur de la campagne présidentielle 2017. Pour cette raison, l’Institut Montaigne appelle les candidats à se saisir de notre feuille de route pour sortir de l’impasse dans laquelle notre système de santé se trouve aujourd’hui.

Lire la suite...

mercredi 8 juin 2016

Comment favoriser l'accès au marché français pour les produits innovants en santé ?

innovation_sante.png

Après la séance du 8 février 2016 consacrée au financement de l'innovation en santé, industriels de santé, acheteurs publics et acheteurs privés se sont réunis une seconde fois le 11 mai dernier dans le cadre du cycle de conférences organisé par ArchiMed, Bpifrance et l’Institut Montaigne afin d’identifier les leviers facilitant l’accès au marché des produits innovants en santé.

Lire la suite...

vendredi 4 mars 2016

Mutualiser la gestion du risque maladie

gestion-risque-maladie.jpg

Comme le soulignait récemment le Prix Nobel d’Économie français Jean Tirole dans la note qu’il consacrait à la réforme de l’assurance maladie, la mixité actuelle de notre système assurantiel est à l’origine d’une inflation des coûts de gestion insoutenable à long terme. En 2014, leur montant aurait atteint près de 13 milliards d’euros, dont 7,2 milliards pour les organismes relevant de la sécurité sociale, et 6,2 milliards pour les organismes complémentaires. L’Institut Montaigne avait proposé un système mixte d’assurance-maladie, en organisant un financement des soins unifié sous la forme d’une concurrence régulée entre caisses d’assurance.

Lire la suite...

vendredi 26 février 2016

Réforme de l’assurance maladie - Nationaliser sa stratégie, régionaliser sa mise en œuvre

reforme-de-l-assurance-maladie.jpg

Alors que les comptes de la Sécurité sociale sont pour la 13ème année consécutive en déficit, un rapport de la Cour des comptes publié à l’automne 2015 pointe du doigt le manque d’efficience de la gestion actuelle de la CNAMTS, et invite à "une refonte profonde du système actuel". Mais sur quelles bases reconstruire l’assurance maladie ? La nationalisation du pilotage de l’assurance maladie s’impose comme une première étape incontournable. Parce que la santé relève de la responsabilité régalienne de l’état, son rôle de gestionnaire doit désormais être considérablement renforcé.

Lire la suite...

Lundi 22 février 2016

"Financement de l'innovation en santé : quels rôles pour quels acteurs ?"

innovation-en-sante-laurent.jpg

ArchiMed, Bpifrance, et l’Institut Montaigne inauguraient le 8 février dernier un cycle de conférences consacré à l’innovation en santé. Au cours de cette séance centrée sur le thème "Financement de l’innovation : quels rôles pour quels acteurs ?", Nicolas Revel, directeur de la CNAMTS, Pierre Leurent, président du directoire de Voluntis, et Marie Meynadier, directrice générale d’Eos Imaging, sont intervenus pour rappeler le réel potentiel dont dispose la France dans le secteur des industries de la santé.

Lire la suite...

vendredi 12 février 2016

Grande conférence de la santé : quelles solutions pour revaloriser l’exercice médical ?

conference-sante.jpg

Au cœur des discussions de la Grande conférence de santé qui s’est tenue le 11 février, la crise de la médecine générale et la nécessité de contrer le mouvement de désertification médicale enclenché dans plusieurs régions. Plusieurs tables rondes se concentrent ainsi sur l’adaptation de la formation des professionnels de santé aux évolutions sanitaires actuelles (vieillissement de la population, explosion des maladies chroniques), ainsi que sur l’évolution du pilotage de la politique de santé vers plus d’implication des acteurs locaux, de manière à répondre plus efficacement aux besoins spécifiques de chaque territoire.

Lire la suite...

mercredi 13 janvier 2016

Comment réformer l'offre de soins en valorisant davantage la médecine de ville?

hopital-offre-de-soins.jpg

Alors que le projet de loi sur la modernisation du système de santé était définitivement adopté le 17 décembre 2015, Elabe rendait également public les résultats de la grande consultation des médecins réalisée pour l’Ordre des médecins du 12 octobre au 22 novembre 2015, qui aura permis de recueillir l’opinion de près de 35 000 praticiens. L’enseignement essentiel de cette grande consultation est celui d’un très fort sentiment de malaise pour l’ensemble de la profession médicale : 3 médecins sur 4 se déclarent aujourd’hui inquiets pour l’avenir de leur profession. Le sentiment de dévalorisation et de déqualification de la médecine générale est particulièrement fort : la quasi-totalité des médecins interrogés (97 %) estiment ainsi subir trop de contraintes administratives et règlementaires, avec pour conséquence une réduction drastique du temps disponible pour leurs patients. Autre enseignement majeur de ce sondage, une remise en cause massive du pilotage actuel du système de santé : 93 % des médecins interrogés estiment l’action des pouvoirs publics insuffisante.

Lire la suite...

Mentions légales