La crise du capitalisme mondialisé, qui a touché l’immobilier à partir de 2006 avant de s’élargir au crédit en 2007, à la finance en 2008 puis à l’économie en 2009, obéit à une dynamique déflationniste qui génère de puissantes pressions protectionnistes.