Tout le monde sait que l’enseignement supérieur français est depuis toujours organisé en deux ensembles distincts, longtemps considérés comme étrangers l’un par rapport à l’autre. D’un côté un système dit "ouvert", l’université d’accès libre, de l’autre un système dit "fermé", des écoles et des instituts qui choisissent leurs étudiants. On ignore souvent que les deux systèmes accueillent des flux numériquement comparables pour l’entrée dans l’enseignement supérieur.