L’Institut Montaigne est un think tank indépendant. Sa vocation est d’élaborer des propositions concrètes dans les domaines de l’action publique, de la cohésion sociale, de la compétitivité et des finances publiques.

Elena Scappaticci

Elena Scappaticci, chargée de mission à l'Institut Montaigne

Universités : la France peut aussi montrer l’exemple !

universites_francaises_autonomie.jpg

Onze "jeunes" universités françaises (universités de moins de cinquante ans) figurent dans le top 100 mondial du classement du Times Higher Education (THE) publié le 8 avril dernier. Troisième pays le plus représenté, derrière la Grande-Bretagne et l’Australie, la France rivalise dans cette catégorie avec les meilleures universités mondiales, notamment grâce à  l’Université Pierre et Marie Curie (9e position) ou à l’Université Paris Sud (18e position), toutes deux fondées en 1971 dans le prolongement de la Loi Faure de 1968 - première étape du processus d’autonomisation progressive des établissements d’enseignement supérieur français.

Lire la suite...

Logements sociaux : comment rendre le système plus équitable ?

chene_pointu.jpg

Rendue publique le 23 mars dernier, l’enquête conduite par l’équipe du Lab’Urba de l’Université Paris-Est sur commande du Défenseur des droits dénonce un système d’attribution des logements sociaux jugé illisible et ayant perdu de vue l’objectif de mixité sociale ayant motivé sa mise en place.

Lire la suite...

"Financement de l'innovation en santé : quels rôles pour quels acteurs ?"

innovation-en-sante-laurent.jpg

ArchiMed, Bpifrance, et l’Institut Montaigne inauguraient le 8 février dernier un cycle de conférences consacré à l’innovation en santé. Au cours de cette séance centrée sur le thème "Financement de l’innovation : quels rôles pour quels acteurs ?", Nicolas Revel, directeur de la CNAMTS, Pierre Leurent, président du directoire de Voluntis, et Marie Meynadier, directrice générale d’Eos Imaging, sont intervenus pour rappeler le réel potentiel dont dispose la France dans le secteur des industries de la santé.

Lire la suite...

Grande conférence de la santé : quelles solutions pour revaloriser l’exercice médical ?

conference-sante.jpg

Au cœur des discussions de la Grande conférence de santé qui s’est tenue le 11 février, la crise de la médecine générale et la nécessité de contrer le mouvement de désertification médicale enclenché dans plusieurs régions. Plusieurs tables rondes se concentrent ainsi sur l’adaptation de la formation des professionnels de santé aux évolutions sanitaires actuelles (vieillissement de la population, explosion des maladies chroniques), ainsi que sur l’évolution du pilotage de la politique de santé vers plus d’implication des acteurs locaux, de manière à répondre plus efficacement aux besoins spécifiques de chaque territoire.

Lire la suite...

Comment réformer l'offre de soins en valorisant davantage la médecine de ville?

hopital-offre-de-soins.jpg

Alors que le projet de loi sur la modernisation du système de santé était définitivement adopté le 17 décembre 2015, Elabe rendait également public les résultats de la grande consultation des médecins réalisée pour l’Ordre des médecins du 12 octobre au 22 novembre 2015, qui aura permis de recueillir l’opinion de près de 35 000 praticiens. L’enseignement essentiel de cette grande consultation est celui d’un très fort sentiment de malaise pour l’ensemble de la profession médicale : 3 médecins sur 4 se déclarent aujourd’hui inquiets pour l’avenir de leur profession. Le sentiment de dévalorisation et de déqualification de la médecine générale est particulièrement fort : la quasi-totalité des médecins interrogés (97 %) estiment ainsi subir trop de contraintes administratives et règlementaires, avec pour conséquence une réduction drastique du temps disponible pour leurs patients. Autre enseignement majeur de ce sondage, une remise en cause massive du pilotage actuel du système de santé : 93 % des médecins interrogés estiment l’action des pouvoirs publics insuffisante.

Lire la suite...

Ce qui a changé au 1er janvier 2016

janvier-image-billet.jpg

EMPLOI

Entrée en vigueur de la prime d’activité en remplacement du RSA activité et de la PPE

Le dispositif auquel succède la prime d’activité faisait coexister de façon inédite une prestation (RSA activité) et un crédit d’impôt (prime pour l’emploi), ce qui nuisait à la lisibilité et à l’efficacité globale des politiques publiques d’aide à l’emploi. Pour mieux comprendre cette mesure, consultez notre rapport Dépense publique : le temps de l’action (juillet 2015).

Lire la suite...

35 heures pour lutter contre l'échec scolaire

ecole_heures.jpg

Alors que la France consacrerait plus d’heures à l’enseignement des savoirs fondamentaux que ses voisins, les résultats de l’école primaire ne cessent de décroître : comment expliquer ce phénomène ?

Lire la suite...

Loi de financement de la Sécurité sociale: quelle ambition pour l’organisation des soins ?

financement-ameli.jpg

Alors que les ministres de la Santé Marisol Touraine et du Budget Christian Eckert dévoilaient jeudi dernier le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2016, la Cour des Comptes, dans un rapport rendu public au même moment, faisait le bilan de la réorganisation des soins initiée au seuil des années 2000. Et le constat est décevant...

Lire la suite...

Assurance maladie : la Cour des comptes dénonce le risque de dérapage

feuille-de-soin.jpg

A quelques jours du 70ème anniversaire de la Sécurité sociale le 4 octobre prochain, la Cour des Comptes joue les trouble-fêtes en publiant un rapport qui s’alarme de la persistance du déficit de la Sécurité sociale. Elle pointe tout particulièrement la situation critique des comptes de l’Assurance maladie, qui, avec 7,2 milliards de déficit prévus pour 2015, concentre à elle seule près de la moitié des déficits sociaux.

Lire la suite...

Mentions légales